La pédagogie au chevet du corps enseignant de l’Ecole d’Application  du Service de Santé Militaire de Libreville.

L’une des recommandations du Comité Pédagogique et du Comité de Pilotage de l’EASSML, mise en œuvre au profit des jeunes enseignants, sous l’égide de la Direction Générale du Service de Santé Militaire(DGSSM).

Le jeudi 1er février 2018, l’EASSML par ailleurs Ecole Nationale à Vocation Régionale (ENVR), a réalisé son premier séminaire pédagogique. En effet, ce séminaire qui s’est voulu être une première approche d’une longue série, avait pour objectif in fine, de permettre aux jeunes enseignants de cerner les exigences de la rédaction des objectifs éducationnels d’une part, et de maîtriser les principes de base pour la conception des QCM d’autre part. Un ensemble de notions devant conduire à l’amélioration de la qualité des enseignements et du contrôle des connaissances.

Voulu par les plus hautes instances dirigeantes, notamment la DGSSM, cette rencontre a connu trois temps forts :

Le premier temps fort a été celui des allocations du Médecin Général, Pr Christine Murielle ESSOMO MEGNIER-MBO, Commandant l’EASSML et du Médecin Général des Armées (MGA), Pr Jean Raymond NZENZE, Directeur Général du Service de Santé Militaire.

Souhaitant la bienvenue aux participants, le Commandant Ecole a rappelé dans son mot de circonstance que la préoccupation constante du commandement de l’institution dont elle a la charge, est de maintenir l’Ecole à un niveau de compétitivité permanente par la qualité de ses intervenants.

Le MGA, le Professeur Jean Raymond NZENZE, Directeur Général du service de Santé Militaire, a quant à lui délivré le mot de circonstance ouvrant officiellement le début du séminaire. Il a rappelé que « dans un cadre académique comme l’EASSML, l’enjeu pour rester compétitif est de former des stagiaires capables de mettre en pratique face à des situations concrètes, l’ensemble de leurs connaissances grâce à des outils tels que les mannequins de simulation ». Le modèle d’évaluation étant principalement organisé autour du logiciel HYPERMASTER, les enseignants doivent s’approprier les exigences de cet outil dans le respect des objectifs pédagogiques à atteindre.

Le deuxième temps fort a été celui des conférenciers venus d’horizons divers. Pour la branche médicale, le Pr François ONDO N’DONG, responsable de la pédagogie à l’Université des Sciences de la Santé de Libreville et le Pr Romain TCHOUA, Directeur Général Adjoint 1 du Service de Santé Militaire; pour la branche administration, le Dr NGOME AYONG, Secrétaire Général Adjoint du Ministère de l’Intérieur. Quant à l’élaboration des QCM, elle a été traitée par le Pr Christine Murielle ESSOMO MEGNIER-MBO puis le contrat de prestations intellectuelles par le directeur des études, le Médecin Général Marc PUIDUPIN.

Le troisième temps fort a été celui de la remise des attestations de participation aux séminaristes, avant le mot de clôture par le Médecin Général Inspecteur Romain TCHOUA, qui a exprimé toute la satisfaction du haut commandement pour l’organisation du séminaire.

DSC_9013 DSC_9029 DSC_9081

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *